Posts Tagged ‘tessonnière’

La réponse au Cekoidonc d’Avril

22 avril 2010

Cet objet bien mystérieux ne vous a pas beaucoup inspirés.  Il faut dire qu’il est bien compliqué pour un non spécialiste.  Tout d’abord la question des matériaux : il s’agissait principalement d’os (la couleur claire), comportant deux rivets en métal. L’os est une matière dure animale qui est imputrescible et facile à travailler et faisait donc la joie des artisans gallo-romains et médiévaux (les tabletiers) pour servir de matière première à toutes sortes d’objets (aiguilles, dés, manches de couteaux…).  Contrairement au métal, une fois taillé, l’objet en os ne peut être retravaillé : c’est pourquoi il se retrouve au dépotoir (le lieu de fouille préféré des archéologues !) lorsqu’il est  cassé. Il se conserve  très bien dans le sol et il est donc fréquemment retrouvé en fouille. Ces fragments d’objets en os sont ainsi étudiés par des spécialistes de cet artisanat, et parfois les archéozoologues (qui étudient les os d’animaux), peuvent en reconnaître l’animal d’origine.

Cet objet a été retrouvé dans un des anciens ateliers de potiers de Fosses-Village fouillés par l’association JPGF. Un des anciens fours de potier a servi de tessonnière, c’est-à-dire de dépotoir à poteries ratées au cours de la cuisson (en photo ci-dessous). On pense que cet objet retrouvé au milieu de ces détritus est le placage du manche d’un couteau datant du XIIIe siècle. Peut-être un couteau qui a servi d’outil au potier ?

Cliché JPGF

Il s’agit en tout cas d’une très belle démonstration du couteau de Lichtenberg : un couteau sans lame auquel il ne manque que le manche. Les archéologue sont des logiciens de l’absurde parfois…

A bientôt pour un prochain Cekoidonc qui sera sans doute plus facile.

Publicités