Posts Tagged ‘restaurateur’

Déménagement en vue (2) : les collections lapidaires

3 février 2010

Une nouvelle  étape (voir ici la 1ère) vient d’être franchie dans l’organisation du déménagement d’ARCHÉA vers ses nouveaux locaux : la préparation des collections lapidaires. Quelles collections ? Tous les objets volumineux en pierre : blocs issus du château d’Orville ou du château de Roissy, châpiteaux d’une cave médiévale de Louvres, fragments de statue retrouvés dans les fouilles de Saint-Rieul, dalles funéraires venant de la rue de Paris toujours à Louvres, etc.

C’est Hélène Sant Germa et Fulbert Dubois, restaurateurs spécialisés notamment dans le traitement de la pierre, qui ont réalisé cette mission. Ils ont rapatrié depuis les ateliers municipaux de Louvres jusqu’à la réserve externe d’ARCHÉA tous les petits blocs qui s’y trouvaient, ils les ont nettoyés, rangés dans des caisses, calés avec de la mousse puis sanglés sur des palettes. Ils ont aussi nettoyé et sanglé les gros blocs sur des palettes, avant de les ranger dans les porte-palettes (rayonnages gris et orange sur la photographie).

En tout, c’est 200 caisses de petit lapidaire et une centaine de palettes de gros lapidaire qui attendent maintenant le déménageur!

Un traitement spécial a été réservé aux quelques statues des collections, comme l’orante exposée auparavant à la tour Saint-Rieul, qui a été bardée de bois et de mousse.

crédit photographies : F. Dubois et H. Sant Germa

C & AL

Publicités

Au laboratoire des peintures murales de Soissons

27 janvier 2010

Toujours dans l’optique de l’ouverture du musée et de ses prochaines animations, quelques membres de l’équipe sont allés à Soissons (Aisne), visiter le centre d’étude des peintures murales. Ce laboratoire, basé dans le centre de cette ville, dans l’enceinte de l’ancienne abbaye Saint-Jean-des-Vignes est sans doute l’un des plus importants centres de recherche et de restauration sur les peintures murales romaines en France.

Une fresque retrouvée à Arnouville-lès-Gonesse lors de la fouille d’une villa gallo-romaine, et récemment entrée dans les collections du musée y est, en ce moment même, en cours d’étude et de restauration. Nous avons été accueillis par  Sabine Groetembril, responsable de la section étude et Clotilde Allonsius, archéologue, chargée de l’animation pédagogique. Nous avons pu visiter le laboratoire de restauration, observer la fresque en cours d’étude et échanger sur les techniques et astuces pour animer un atelier fresque avec des enfants : probablement un futur atelier Jeunes Archéos !

Le centre d’étude et de restauration est en général ouvert au grand public lors des Journées du patrimoine de septembre.

Objets cherchent restaurateurs

19 juin 2009

L’équipe du musée ne réalise pas elle-même tout le travail fait sur les collections. Comme les fouilles archéologiques sont exécutées par des archéologues, les restaurations sont confiées à des conservateurs-restaurateurs, comme par exemple Célestine Ousset qui vient d’emmener le lot d’objets n°9 de la campagne 2009 (« Objets au départ, objets à l’arrivée»).

C. Ousset au travail sur une amphore de Fontenay

Célestine Ousset a déjà travaillé avec ARCHÉA à plusieurs reprises, pour les campagnes de restaurations 2007 et 2008.

Elle a fondé avec un autre restaurateur l’atelier Terre, Fer, Verre où elle traite des objets archéologiques en céramique et en verre. Cet atelier ne travaille bien évidemment pas qu’avec nous mais aussi avec des musées nationaux comme le Louvre ou le Musée du Quai Branly ainsi que des musées locaux, comme le MADVO c’est-à-dire le musée archéologique de Guiry-en-Vexin, situé dans l’ouest du Val-d’Oise.

Pour obtenir un lot de cette campagne de restauration 2009, elle a dû constituer un dossier de candidature, présentant son travail, ses expériences, son atelier ainsi que le traitement qu’elle proposait de faire sur chaque objet du lot. Mais elle n’était pas la seule à postuler ! Plusieurs personnes sont venues voir les objets et ont aussi présenté un dossier.

Au musée ensuite d’analyser tous ces candidats un par un et de choisir parmi tous ces restaurateurs celui qui s’occuperait de nos objets en verre.

Il y avait 10 lots dans la campagne de restauration cette année, dont un qui comptait plus de 300 objets. Pour chacun il a fallu choisir un restaurateur. Un gros travail pour eux comme pour nous !

C & AL

crédit photo : JY Lacôte