Posts Tagged ‘régie des collections’

L’arrivée des céramiques de la vallée de l’Ysieux

6 juillet 2010

La semaine passée, ARCHÉA et le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) ont concrétisé la mise en dépôt à Louvres des collections issues des fouilles des ateliers de potiers de la vallée de l’Ysieux, un dossier entamé il y a 3 ans déjà. Au total, c’est un peu moins de 750 pièces qui sont venues depuis le site de l’ancien musée des arts et traditions populaires au Bois de Boulogne jusqu’à Louvres, principalement des céramiques (environ 540) mais aussi des objets en métal, en os et en pierre.

Un premier lot de 71 céramiques destinées à l’exposition permanente a été déposé en 2008, suivi du mobilier métallique et en os peu après. Restaient à acheminer les 470 céramiques encore conservées dans la réserve archéologique du musée du bois de Boulogne. C’est chose faite !

En février dernier, avec Sabrina Paumier, régisseur des dépôts au sein du MuCEM, et Jérémie Carrasco, installateur, nous avons fait le constat d’état de départ des pièces puis nous les avons emballées une par une et conditionnées dans des caisses pour le transport. Lundi et mardi derniers, toutes ces caisses sont arrivées à Louvres et la même équipe, aidée d’Axelle Abelin, stagiaire, a déballé la collection, fait les constats d’état d’arrivée et rangé les céramiques dans la réserve contrôlée du musée.

Ce dossier ne sera clos que lorsque les collections d’études, soit les dizaines de tonnes de tessons de céramique étudiés, arriveront à Louvres mais cela sera un autre épisode!

C&AL

Toutes les photographies : clichés ARCHÉA

Emménagement : les collections en ordre… pour la suite!

9 juin 2010

Le centre de documentation, les bureaux, l’équipe, tout y était dans ce nouveau musée…… sauf les collections !

C’est désormais chose faite. Elles ont été déménagées la semaine dernière par une équipe de la société Axal Artrans, composée de 5 personnes (en T-shirts bleus sur les photographies).

L’opération comprenait 2 volets, menés en parallèle : d’un côté les objets fragiles conservés dans nos anciens bureaux et de l’autre les collections peu fragiles conditionnées en caisses et les lourdes pièces de lapidaires, conservées dans notre réserve externe. Le tout agrémenté de montage/démontage de rayonnages et de porte-palettes, pour ne pas s’ennuyer !

Pour les collections fragiles, il a fallu soit emballer précautionneusement chaque pièce conservée hors boîte avec du papier de soie et du papier-bulle soit caler les objets dans leur boîte, toujours avec du papier de soie. Tout a été ensuite mis dans de grandes caisses « navette »  garnies de mousse pour limiter les chocs et les vibrations dus au transport et hop, dans le camion ! Direction la réserve contrôlée du nouveau musée où tout ce travail a été immédiatement défait puisque tout a été déballé et rangé dans les rayonnages.

Calage d'objets emballés dans une caisse

Au fond : emballage ; devant : calage dans une caisse "navette"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques uns des blocs lapidaires qu'il a fallu déménager

 

Les collections moins fragiles conditionnées en caisses ont été  mises sur palette, filmées et transportées jusqu’à la réserve archéologique du nouveau musée. Il s’agissait là moins de précision et de précaution que de force et d’endurance car il a fallu déplacer 672 caisses, dont 200 grandes caisses remplies d’éléments en pierre ! Là aussi, pas de temps mort, tout a été rangé sans attendre dans les rayonnages de la nouvelle réserve.

 

 

Les gros blocs de lapidaires, préparés lors d’une mission précédente, étaient prêts à partir mais comme les porte-palettes les accompagnaient, il a fallu tout déposer au sol, démonter les porte-palettes, les transporter, les remonter et alors seulement transporter les blocs puis les ranger. Un travail où la maîtrise du transpalette, manuel ou électrique, était de mise !

Déplacement au transpalette manuel

 

Rangement au transpalette électrique

 

 

 

 

 

 

 

Ne reste plus qu’à les mettre en valeur pour pouvoir bientôt vous les présenter, dans les vitrines ou lors d’animations. Soclage, installation, tout cela fera l’objet de prochains articles.

Merci à l’équipe d’Artrans pour cette semaine de travail rondement menée, avec des journées parfois longues mais toujours dans la bonne humeur !

(crédits photos : JY Lacôte)

 

C&AL

Déménagement en vue (3) : les objets en ordre de marche

10 mars 2010

Pour les objets qui seront présentés dans l’exposition permanente, 2009 a été une année mouvementée et 2010 le sera aussi !

Nouveau rangement, études, test en vitrine, photographie, reproduction, déménagement, soclage, installation en vitrine : ils sont ou seront sur tous les fronts. Pour éviter qu’ils ne soient trop abîmés par ces nombreuses manipulations, on leur a taillé des habits de mousse sur mesure.

Les objets un peu volumineux sont rangés directement sur les étagères. Il faut s’assurer qu’ils ne puissent pas basculer et tomber. On leur taille pour cela des socles qui garantissent leur stabilité mais qui ne les cachent pas, cela évite d’avoir à les déballer à chaque fois.

Les petits objets, eux, sont regroupés dans des boîtes, en fonction du parcours de l’exposition permanente. En gros : une vitrine, une boîte ! Les plus fragiles sont placés dans une mousse taillée à leur forme qui leur évite tout choc ou pression.

Certains objets ont été confiés aux mains plus expertes de restaurateurs. Ce fut le cas pour les collections lapidaires (objets en pierre)  mais aussi par exemple pour la girouette du château d’Orville, un objet très fragile qui a été conditionné directement par le restaurateur, Manuel Leroux, après son intervention.

 

Tous ces objets sont donc prêts pour un trajet vers le nouveau musée et les nouvelles réserves. 

C&AL

Opération rangement

29 juin 2009

La petite réserve du musée était remplie d’un grand nombre de boîtes aux noms fantaisistes, de tailles et de formes variées, pas toujours très pleines, prenant beaucoup de place en réserve, avec souvent des mélange de matériaux, du fer avec du verre, du plomb avec de l’os.

 Un exemple ? Le mobilier du Château d’Orville à Louvres.La variété des contenants avant reconditionnement

les boîtes du Château d'Orville avant reconditionnementOn a comptabilisé 65 contenants de toutes tailles, formes et couleur, avec des noms tels que « M53/M54 », « Louvres Orville château boîte 16 », « Orville 2002 métal nettoyé », « B64 » et bien d’autres encore.

Tout cela occupait un peu plus de 3 largeurs d’étagères, pour ce seul site, dans une réserve qui n’en compte que 20.

  Afin d’améliorer le rangement en réserve et pour préparer le déménagement, tout le mobilier conservé dans la réserve climatisée a été trié par matériau, ce qui améliore sa conservation, et reconditionné.

les boîtes du Château d'Orville après reconditionnementRésultat : le Château d’Orville, aujourd’hui, c’est 36 contenants, de 4 modèles différents, avec un remplissage optimisé, occupant une largeur et demie d’étagère, aménagée avec des tablettes ajustées à la taille des boîtes.

Les boîtes ont été renommées de façon bien moins créative mais beaucoup plus pratique en « Louvres, Château d’Orville 01 » et numéros suivant.

 Ranger, trier pour s’y retrouver, c’est la clé du bon fonctionnement d’un musée ! 

C & AL

Toutes les photos de la Nuit des musées 2009

18 mai 2009

Nuit des musées ARCHEA

La Nuit des musées a réuni près de 200 personnes qui ont osé braver les menaces de pluie et les températures fraîches.

Nuit des musées ARCHEA<
Les régisseurs des collections étaient au coeur de la soirée, les visiteurs faisant la queue pour venir déposer leur objets au musée !

Visualisez toutes les images de la Nuit des musées en cliquant ici.

Crédits photos : JY Lacôte et CCRPF

Objets récents non identifiés (Nuit des musées 2009 suite)

14 mai 2009

L’animation proposée pour la Nuit des musées de ce samedi change un peu de l’ordinaire cette année, car il faut la préparer avant de venir.

« Chacun pourra apporter un objet racontant une histoire qui lui est chère : le dentier de sa grand-mère, le camion de pompier de son enfance, ou pourquoi pas l’objet détesté la semaine dernière. Les mains expertes de nos régisseurs des collections le prendront en charge : inventaire, collecte d’informations, photographie, conseil de restauration et conditionnement adapté, tel un véritable objet de musée. ARCHÉA se propose de le prendre en dépôt jusqu’à l’ouverture du futur musée où le propriétaire pourra le récupérer et se verra récompensé. N’oubliez pas votre objet ! »

D’accord, mais quel objet apporter nous direz vous ?

En avant première et en exclusivité pour les lecteurs de ce blogs, nous donnons ici 2 exemples d’objets déjà déposés avant même l’ouverture de la Nuit. Ces objets ont été proposés par des personnes un peu anciennes, mais nous avons pu recueillir quand même leur interview (presque imaginaire) :

assiette lucien

Assiette creuse

Époque Moderne, fin 17e ou 18e siècle, Faïence blanche et bleue

Provenant de Roissy-en-France, ferme des Tournelles

 

« Ah, mon assiette dans laquelle je mangeais ma soupe au temps de ma jeunesse ! Elle m’a été offerte par mon grand-père. Il s’appelle Lucien comme moi, ça tombait bien, il n’a pas eu besoin d’en racheter une neuve au marché de Gonesse. C’est vrai, elle est un peu cassée, mon chien l’a renversé un jour en tentant de me voler mon morceau de poulet ». Lucien X. de Roissy

 

faucille

Faucille

Fer, retrouvée à Roissy, site des Tournelles

 

« Merci beaucoup d’avoir retrouvé ma faucille, je l’ai oublié une fois chez mon cousin en passant lui donner un coup de main à sa ferme. Il se serait bien gardé de me la rapporter celui-là. Je me souviens qu’un jour avec cet outil, j’ai fait ma plus belle moisson en une journée, d’ailleurs, cette année là, il avait fait très chaud et…. » Jehan Z. d’Epiais-lès-Louvres.

Vous le voyez, n’importe lequel de nos objets  nous rappelle une histoire, même la plus anecdotique, et il peut se transformer ainsi en objet de musée. Au moins pour une soirée, si ce n’est pour toujours. L’objet du musée d’archéologie est la plupart du temps un objet du quotidien, comme ceux que vous avez chez vous. Les régisseurs de collections du musées sont justement en ce moment même en train de préparer les derniers outils pour transformer votre objet ce samedi soir à Louvres.