Posts Tagged ‘objets archéologiques’

Le Cékoidonc? du mois de mars

17 mars 2010

Voyons si ce Cékoidonc? chatouillera votre curiosité. Utilité, matériau, provenance, que vous inspire cet objet ?

crédit photo : J-Y Lacôte

Petit rappel : une gradation blanche ou noire fait 1 cm. Cela vous aidera à estimer la taille de cet objet.

C&AL

Publicités

Déménagement en vue (3) : les objets en ordre de marche

10 mars 2010

Pour les objets qui seront présentés dans l’exposition permanente, 2009 a été une année mouvementée et 2010 le sera aussi !

Nouveau rangement, études, test en vitrine, photographie, reproduction, déménagement, soclage, installation en vitrine : ils sont ou seront sur tous les fronts. Pour éviter qu’ils ne soient trop abîmés par ces nombreuses manipulations, on leur a taillé des habits de mousse sur mesure.

Les objets un peu volumineux sont rangés directement sur les étagères. Il faut s’assurer qu’ils ne puissent pas basculer et tomber. On leur taille pour cela des socles qui garantissent leur stabilité mais qui ne les cachent pas, cela évite d’avoir à les déballer à chaque fois.

Les petits objets, eux, sont regroupés dans des boîtes, en fonction du parcours de l’exposition permanente. En gros : une vitrine, une boîte ! Les plus fragiles sont placés dans une mousse taillée à leur forme qui leur évite tout choc ou pression.

Certains objets ont été confiés aux mains plus expertes de restaurateurs. Ce fut le cas pour les collections lapidaires (objets en pierre)  mais aussi par exemple pour la girouette du château d’Orville, un objet très fragile qui a été conditionné directement par le restaurateur, Manuel Leroux, après son intervention.

 

Tous ces objets sont donc prêts pour un trajet vers le nouveau musée et les nouvelles réserves. 

C&AL

Déménagement en vue (2) : les collections lapidaires

3 février 2010

Une nouvelle  étape (voir ici la 1ère) vient d’être franchie dans l’organisation du déménagement d’ARCHÉA vers ses nouveaux locaux : la préparation des collections lapidaires. Quelles collections ? Tous les objets volumineux en pierre : blocs issus du château d’Orville ou du château de Roissy, châpiteaux d’une cave médiévale de Louvres, fragments de statue retrouvés dans les fouilles de Saint-Rieul, dalles funéraires venant de la rue de Paris toujours à Louvres, etc.

C’est Hélène Sant Germa et Fulbert Dubois, restaurateurs spécialisés notamment dans le traitement de la pierre, qui ont réalisé cette mission. Ils ont rapatrié depuis les ateliers municipaux de Louvres jusqu’à la réserve externe d’ARCHÉA tous les petits blocs qui s’y trouvaient, ils les ont nettoyés, rangés dans des caisses, calés avec de la mousse puis sanglés sur des palettes. Ils ont aussi nettoyé et sanglé les gros blocs sur des palettes, avant de les ranger dans les porte-palettes (rayonnages gris et orange sur la photographie).

En tout, c’est 200 caisses de petit lapidaire et une centaine de palettes de gros lapidaire qui attendent maintenant le déménageur!

Un traitement spécial a été réservé aux quelques statues des collections, comme l’orante exposée auparavant à la tour Saint-Rieul, qui a été bardée de bois et de mousse.

crédit photographies : F. Dubois et H. Sant Germa

C & AL

Saint-Rieul voit du pays

2 février 2010

Pour la réalisation d’une reproduction de trois sépultures de Saint-Rieul qui sera visible dans l’exposition permanente, une sélection d’objets issus de ces sépultures est partie à Villard-de-Lans ce vendredi, dans l’atelier de Lythos.

Après un périple en train jusqu’à Grenoble, les objets ont été pris en charge par Régis Picavet, qui les a montés jusqu’à son atelier. C’est là qu’ils seront moulés ou reproduits. Retour prévu à Louvres fin février.

C & AL

Le Cékoidonc? du mois de décembre

9 décembre 2009

On espère vous surprendre autant avec ce nouvel objet mystère qu’avec celui du mois de novembre (le retour du Cékoidonc ?).

Nous avons besoin évidemment de sa fonction précise ainsi que de son mode de fonctionnement ! Les plus forts pourront même parvenir à nous trouver son lieu et sa date de fabrication !!

A vos suggestions

Le Cékoidonc? du mois de novembre : la réponse!

17 novembre 2009

Ce curieux petit galet a suscité beaucoup d’interrogations et de propositions!

Tout d’abord, c’est un objet non en pierre ou en céramique mais en verre. Ce n’est pas évident au premier abord. Le verre archéologique perd souvent sa transparence et peut devenir totalement opaque. La matière se fragilise, en commençant par la surface qui peut s’iriser et se feuilleter. C’est ce qui est arrivé à cet objet.

La restauration a toutefois permis de stabiliser la surface et de consolider les « pellicules » qui menaçaient de se détacher. Il en a quand même gardé cet aspect craquelé.

Et alors, à quoi servait cet objet mystère? C’est un lissoir, c’est -à-dire un objet servant probablement à lisser des tissus et des vêtements, pour qu’ils soient plus réguliers et doux. C’est en fait l’ancêtre du fer à repasser!

Cet exemplaire a été trouvé sur le site du Bois d’Orville, à Louvres. Il est daté du 11ème siècle. Il sera présenté dans l’exposition permanente du futur musée.

Le retour du Cékoidonc?

4 novembre 2009

Un nouvel objet sorti de nos collections proposé à vos suggestions les plus imaginatives…. Quoique cette fois ce sera peut-être sa simplicité qui vous posera problème!

cékoidonc novcékoidonc nov

Alors, des idées??

 

Laissez vos propositions dans les commentaires en bas de l’article…

Arrivage de nouveaux objets

30 octobre 2009

fibulemonnaiecanifpartie de ceintureappliquemonnaieclefapplique

© Aurélie Pradeloux-Champart

 

De nouveaux objets sont revenus de restauration, un lot d’une centaine d’objets en alliage cuivreux, c’est-à-dire en bronze ou cuivre (cf. Mouvements migratoires des objets archéologiques), dont de nombreuses monnaies. Ils ont été traités par Aurélie Pradeloux-Champart.

Contrairement à d’autres objets qui ont dû être beaucoup dégagés, (cf. Révélations sous la corrosion), cet ensemble avait besoin d’un simple nettoyage, un dernier « bichonnage » avant d’être exposés en vitrine.

Avec ce lot, tous les objets en alliage cuivreux sont désormais revenus en réserve et prêts à passer à l’étape suivante : le soclage. La suite début 2010 !

C & AL

Le Cékoidonc? du mois d’octobre

2 octobre 2009

Un nouveau cékoidonc!

Ce mois-ci, nous avons trouvé dans nos boîtes, de drôles de choses auxquelles on ne s’attendait pas du tout…. A vos méninges, regardez-bien ces photos et dites nous ce que c’est en laissant un commentaire ! Le vainqueur devra parvenir à nous indiquer dans quel contexte on a pu trouver… cette chose. La réponse dans les jours prochains.

Indice : trouvé dans le centre de Louvres, en fouilles archéologiques !003 (Medium)

  En gros plan :

 

006 (Medium) 

A vous de jouer!

Objets cherchent restaurateurs

19 juin 2009

L’équipe du musée ne réalise pas elle-même tout le travail fait sur les collections. Comme les fouilles archéologiques sont exécutées par des archéologues, les restaurations sont confiées à des conservateurs-restaurateurs, comme par exemple Célestine Ousset qui vient d’emmener le lot d’objets n°9 de la campagne 2009 (« Objets au départ, objets à l’arrivée»).

C. Ousset au travail sur une amphore de Fontenay

Célestine Ousset a déjà travaillé avec ARCHÉA à plusieurs reprises, pour les campagnes de restaurations 2007 et 2008.

Elle a fondé avec un autre restaurateur l’atelier Terre, Fer, Verre où elle traite des objets archéologiques en céramique et en verre. Cet atelier ne travaille bien évidemment pas qu’avec nous mais aussi avec des musées nationaux comme le Louvre ou le Musée du Quai Branly ainsi que des musées locaux, comme le MADVO c’est-à-dire le musée archéologique de Guiry-en-Vexin, situé dans l’ouest du Val-d’Oise.

Pour obtenir un lot de cette campagne de restauration 2009, elle a dû constituer un dossier de candidature, présentant son travail, ses expériences, son atelier ainsi que le traitement qu’elle proposait de faire sur chaque objet du lot. Mais elle n’était pas la seule à postuler ! Plusieurs personnes sont venues voir les objets et ont aussi présenté un dossier.

Au musée ensuite d’analyser tous ces candidats un par un et de choisir parmi tous ces restaurateurs celui qui s’occuperait de nos objets en verre.

Il y avait 10 lots dans la campagne de restauration cette année, dont un qui comptait plus de 300 objets. Pour chacun il a fallu choisir un restaurateur. Un gros travail pour eux comme pour nous !

C & AL

crédit photo : JY Lacôte