Posts Tagged ‘fer’

La réponse au Cékoidonc? de mai

16 mai 2011

Et bien, ce Cékoidonc? n’a pas déchainé votre imagination, c’est le moins qu’on puisse dire! La dernière réponse a vu juste.

Cet objet, composé de trois maillons de fer imbriqués, provient du site du Château d’Orville. C’est en fait une partie de la chaîne du pont-levis du château. Comment le sait-on? On le déduit de l’endroit du site où elle a été trouvée. Tout d’abord cette chaîne a été mise au jour dans la zone 6, c’est-dire la partie nord des douves, près des restes de la pile qui soutenait le pont-levis. Elle était au milieu des blocs qui constituaient la tour nord du château et qui sont tombés dans cette zone des douves au pied de la tour, au moment de la destruction du château. Il est donc probable que cette chaîne soit liée à cette tour et à son pont, non ? On a d’ailleurs trouvé dans cette même zone la girouette qui ornait le sommet de cette tour nord !

Ensuite cette chaîne n’est pas d’un modèle courant. En effet regardez la taille de ses maillons ! Ils font une dizaine de cm de long chacun. Pendant les campagnes de fouilles de 2007 et 2008, les archéologues ont sortis plusieurs autres groupes de maillons. Mis bout à bout, ils font presque 1,50m de long. Un peu grand pour être utilisée sur un chariot….

Enfin cet objet n’a pas été trouvé seul. La zone 6 a livré une grande quantité d’éléments en fer liées à la construction, des clous, des bandes de fer servant de renforts, des systèmes pour solidariser plusieurs éléments entre eux… Sur une grande partie d’entre eux, la corrosion du fer (la rouille) avait pris la forme du bois sur lequel étaient accrochés ces objets. Du bois, comme celui des poutres d’un pont-levis par exemple ! Voilà pourquoi on peut penser que c’est bien LA chaîne du pont-levis du Château d’Orville que vous voyez en photo.

Pourquoi ne pas exposer cet objet si intéressant, dans le vitrine consacrée au Château d’Orville ? Les objets en fer sont très abîmés lorsqu’ils sortent de fouille et nécessitent un traitement très long pour assurer une certaine stabilisation du matériau. Cette chaîne est sortie de terre à l’été 2008, elle a ensuite été étudiée par les archéologues avant d’être envoyée en déchloruration pendant plus d’une année. Elle n’est revenue dans nos réserves qu’en 2011, trop tard pour être présentée. Mais qui sait, dans une exposition future….

C&AL

Publicités

Révélations sous la corrosion

25 septembre 2009

Les derniers objets que nous avions envoyés en restauration en 2008 viennent juste de revenir en réserve (voir les articles précédents : Mouvements migratoires des objets archéologiques et Objets au départ, objets à l’arrivée).

Cet ensemble de mobilier, le lot n°1 du marché de 2008, était constitué d’une cinquantaine d’objets en fer. Ils sont restés au laboratoire Conservare, situé à Compiègne, plus d’une année. Pourquoi ? Tout simplement parce que le traitement du fer archéologique prend beaucoup de temps !

Pour enlever la corrosion qui abîme les objets en fer, la même corrosion que celle que vous voyez sur votre portail de jardin, il faut plonger les objets dans des bains de produits chimiques (des solutions de sulfite alcalin pour être précis), pendant plusieurs mois. Après cela, ils sont rincés puis séchés. C’est ce qu’on appelle la stabilisation.

On ne les restaure qu’après cela, on dégage leur forme originelle, on remonte les fragments qui se sont détachés, on vernit. Le résultat est souvent impressionnant !

Mors de cheval du Vieux Moulin avant restaurationmors de cheval du Vieux moulin après restauration

Un mors de cheval issu du site du Vieux Moulin, à Louvres.

élément d'attache des Ecuries avant restauration

élément d'attache des Ecuries après restauration

On peut même avoir des surprises, comme sur cet élément d’attache issu du site des Ecuries à Roissy-en-France, qui a révélé une surface recouverte d’argent, ce qu’on ne pouvait pas deviner avant le dégagement.

crédit photos : Conservare 

 C & AL

Cékoidonc?

3 septembre 2009

Les objets archéologiques peuvent avoir des formes suprenantes et des fonction insolites. Parfois, en ouvrant les caisses de mobilier et en découvrant les objets, on se demande sur quoi on est tombé… Et on se précipite vers la documentaliste pour lui poser la colle!

Petit jeu pour vous mettre en situation : on vous propose quelques photographies d’objets qu’il vous faut identifier. Voici le premier objet :

objet mystère n°1

objet mystère n°1 objet mystère n°1

Indice : c’est un objet en fer trouvé lors de prospection.
On attend vos propositions, faites preuve d’imagination!
C & AL
Attention (roulement de tambour)! Voici la réponse : Fer à boeuf
Notre objet était donc un… Fer à boeuf, comme le confirme l’Encyclopédie !
Certains d’entre vous n’étaient vraiment pas loin mais, probablement par excès de modestie, le mot n’a pas été lancé!
 
Ces objets fonctionnaient donc par deux. Le nôtre est probablement d’époque moderne, mais nous n’avons pas plus d’informations puisqu’il a été découvert au cours d’une prospection.
 
Merci encore pour votre participation et vos propositions aussi variées que loufoques (parfois, pas toujours)!
A bientôt pour un nouveau Cékoidonc!
 
La doc