Posts Tagged ‘corrosion’

Révélations sous la corrosion

25 septembre 2009

Les derniers objets que nous avions envoyés en restauration en 2008 viennent juste de revenir en réserve (voir les articles précédents : Mouvements migratoires des objets archéologiques et Objets au départ, objets à l’arrivée).

Cet ensemble de mobilier, le lot n°1 du marché de 2008, était constitué d’une cinquantaine d’objets en fer. Ils sont restés au laboratoire Conservare, situé à Compiègne, plus d’une année. Pourquoi ? Tout simplement parce que le traitement du fer archéologique prend beaucoup de temps !

Pour enlever la corrosion qui abîme les objets en fer, la même corrosion que celle que vous voyez sur votre portail de jardin, il faut plonger les objets dans des bains de produits chimiques (des solutions de sulfite alcalin pour être précis), pendant plusieurs mois. Après cela, ils sont rincés puis séchés. C’est ce qu’on appelle la stabilisation.

On ne les restaure qu’après cela, on dégage leur forme originelle, on remonte les fragments qui se sont détachés, on vernit. Le résultat est souvent impressionnant !

Mors de cheval du Vieux Moulin avant restaurationmors de cheval du Vieux moulin après restauration

Un mors de cheval issu du site du Vieux Moulin, à Louvres.

élément d'attache des Ecuries avant restauration

élément d'attache des Ecuries après restauration

On peut même avoir des surprises, comme sur cet élément d’attache issu du site des Ecuries à Roissy-en-France, qui a révélé une surface recouverte d’argent, ce qu’on ne pouvait pas deviner avant le dégagement.

crédit photos : Conservare 

 C & AL

Mouvements migratoires des objets archéologiques

14 mai 2009

Tandis que les objets qui seront restaurés en 2009 (« Sous l’œil des spécialistes ») s’apprêtent à partir, ceux restaurés en 2008 reviennent progressivement.

Fin mars, ce fut le tour du lot n°3, c’est-à-dire les objets en plomb et les objets en alliage cuivreux (alliages métalliques à base de cuivre, dont fait partie le bronze).

Ce lot a été traité par le laboratoire UTICA à Saint-Denis.

AprèsAvant

 

 

Une fibule issue du site des Grands Ormes à Roissy-en-France

 

Il est toujours agréable pour l’équipe du musée de découvrir ces objets sortant des ateliers de restauration, quand on les a connu sales, corrodés, fragmentés. 

Avant

Avant

Après

Après

 

Une pince à épiler issue du site du 5 rue Jean Moulin à Roissy-en-France

 

 

Il est alors bien plus facile d’imaginer quel effet ils feront une fois en vitrine !

 C & AL

© photographies UTICA