Posts Tagged ‘clayonnage’

La réponse au Cékoidonc? de février

22 février 2010

C’est avec un tout petit peu de retard que nous vous donnons la réponse  à  l’énigme du mois qui semble avoir laissé circonspects beaucoup d’entre vous. D’autres ont trouvé très vite, mais c’était dans la catégorie « professionnels de la profession ».

oui, oui, c'est bien de la terre et du bois

Ce qui a peut-être troublé, c’est qu’il s’agissait d’un fragment et non d’un objet à part entière. C’est en effet un morceau de torchis dans lequel se trouve encore son clayonnage en bois : mais si, vous savez, cette terre mélangée de paille que l’on applique sur un mur fait de tressages de bois. Pour être conservé d’aussi belle manière, il a en réalité été brulé, sans doute au cours d’un incendie, chose fréquente avec ce type de construction en bois. Il a été retrouvé avec d’autres détritus carbonisés au fond d’un silo creusé dans le sol, sur un site d’exploitation agricole d’époque carolingienne située à Baillet-en-France. Les archéologues de l’association JPGF, qui ont effectué les fouilles, sont même parvenus à déterminer l’essence du bois : il s’agit de branches de chênes et de noisetiers, fréquemment utilisés pour le clayonnage.

Tous les étés, de tels murs sont fabriqués ou restaurés sur le site archéologique d’Orville.

Un jeune archéo en pleine pose de torchis (cliché JYLacôte)

Si jamais vous voulez tester chez vous, vous trouverez un mode d’emploi ici.

A bientôt pour un nouveau Cékoidonc? !!

« Ateliers Grands Archéos » : début de l’archéologie expérimentale à Orville

13 août 2009

La campagne 2009 sur le site archéologique d’Orville est lancée ! Elle a débuté le 03 août dernier et s’achèvera en septembre. Une petite équipe d’archéologues a entamé les expérimentations sur le grenier carolingien reconstitué (celui que vous voyez en passant sur la Francilienne entre Roissy et Cergy). Ces expérimentations visent notamment cette année à réparer une sablière, tailler les bardeaux de bois qui couvriront le toit et refaire les murs.

les branches de noisetier qui serviront pour les expériementations de cette annéePetite promenade en forêt ce matin pour ramener sur le site les branches de noisetier patiemment coupées et ébranchées en début de semaine et qui seront utilisées en clayonnage pour remonter des parois en torchis. Cela rappellera quelque chose aux enfants qui ont suivi ou suivront l’atelier « Les mains dans la terre » cet été !

 Ce premier groupe sera rejoint à partir du 31 août par une équipe de fouille qui travaillera cette année sur la zone de la tour-porte.

 Le résultat de cette campagne sera visible pendant les Journées Européennes du Patrimoine, les 19 et 20 septembre prochains.