Archive for the ‘Chantier des collections’ Category

L’arrivée des céramiques de la vallée de l’Ysieux

6 juillet 2010

La semaine passée, ARCHÉA et le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) ont concrétisé la mise en dépôt à Louvres des collections issues des fouilles des ateliers de potiers de la vallée de l’Ysieux, un dossier entamé il y a 3 ans déjà. Au total, c’est un peu moins de 750 pièces qui sont venues depuis le site de l’ancien musée des arts et traditions populaires au Bois de Boulogne jusqu’à Louvres, principalement des céramiques (environ 540) mais aussi des objets en métal, en os et en pierre.

Un premier lot de 71 céramiques destinées à l’exposition permanente a été déposé en 2008, suivi du mobilier métallique et en os peu après. Restaient à acheminer les 470 céramiques encore conservées dans la réserve archéologique du musée du bois de Boulogne. C’est chose faite !

En février dernier, avec Sabrina Paumier, régisseur des dépôts au sein du MuCEM, et Jérémie Carrasco, installateur, nous avons fait le constat d’état de départ des pièces puis nous les avons emballées une par une et conditionnées dans des caisses pour le transport. Lundi et mardi derniers, toutes ces caisses sont arrivées à Louvres et la même équipe, aidée d’Axelle Abelin, stagiaire, a déballé la collection, fait les constats d’état d’arrivée et rangé les céramiques dans la réserve contrôlée du musée.

Ce dossier ne sera clos que lorsque les collections d’études, soit les dizaines de tonnes de tessons de céramique étudiés, arriveront à Louvres mais cela sera un autre épisode!

C&AL

Toutes les photographies : clichés ARCHÉA

Publicités

L’installation de l’exposition permanente (1) : les débuts

29 juin 2010

Le déménagement à peine achevé, le montage de l’exposition permanente du musée a commencé. La société italienne spécialisée Harmoge, a commencé à livrer les éléments de vitrines  à Louvres depuis leurs ateliers de fabrications situés à côté de Trévise.

Il faut pour cela faire pénétrer les vitrines à l’étage du musée à l’aide d’un treuil, les déplacer jusque dans la salle d’exposition puis installer chaque élément : montants métalliques, vitres de sécurité et autres supports pour les éclairages. Un travail d’un mois d’installation est prévu sur place. Ensuite pourront commencer la pose des textes, des illustrations et enfin, bien sûr, des objets. (crédits photos : JY Lacôte)

Emménagement : les collections en ordre… pour la suite!

9 juin 2010

Le centre de documentation, les bureaux, l’équipe, tout y était dans ce nouveau musée…… sauf les collections !

C’est désormais chose faite. Elles ont été déménagées la semaine dernière par une équipe de la société Axal Artrans, composée de 5 personnes (en T-shirts bleus sur les photographies).

L’opération comprenait 2 volets, menés en parallèle : d’un côté les objets fragiles conservés dans nos anciens bureaux et de l’autre les collections peu fragiles conditionnées en caisses et les lourdes pièces de lapidaires, conservées dans notre réserve externe. Le tout agrémenté de montage/démontage de rayonnages et de porte-palettes, pour ne pas s’ennuyer !

Pour les collections fragiles, il a fallu soit emballer précautionneusement chaque pièce conservée hors boîte avec du papier de soie et du papier-bulle soit caler les objets dans leur boîte, toujours avec du papier de soie. Tout a été ensuite mis dans de grandes caisses « navette »  garnies de mousse pour limiter les chocs et les vibrations dus au transport et hop, dans le camion ! Direction la réserve contrôlée du nouveau musée où tout ce travail a été immédiatement défait puisque tout a été déballé et rangé dans les rayonnages.

Calage d'objets emballés dans une caisse

Au fond : emballage ; devant : calage dans une caisse "navette"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques uns des blocs lapidaires qu'il a fallu déménager

 

Les collections moins fragiles conditionnées en caisses ont été  mises sur palette, filmées et transportées jusqu’à la réserve archéologique du nouveau musée. Il s’agissait là moins de précision et de précaution que de force et d’endurance car il a fallu déplacer 672 caisses, dont 200 grandes caisses remplies d’éléments en pierre ! Là aussi, pas de temps mort, tout a été rangé sans attendre dans les rayonnages de la nouvelle réserve.

 

 

Les gros blocs de lapidaires, préparés lors d’une mission précédente, étaient prêts à partir mais comme les porte-palettes les accompagnaient, il a fallu tout déposer au sol, démonter les porte-palettes, les transporter, les remonter et alors seulement transporter les blocs puis les ranger. Un travail où la maîtrise du transpalette, manuel ou électrique, était de mise !

Déplacement au transpalette manuel

 

Rangement au transpalette électrique

 

 

 

 

 

 

 

Ne reste plus qu’à les mettre en valeur pour pouvoir bientôt vous les présenter, dans les vitrines ou lors d’animations. Soclage, installation, tout cela fera l’objet de prochains articles.

Merci à l’équipe d’Artrans pour cette semaine de travail rondement menée, avec des journées parfois longues mais toujours dans la bonne humeur !

(crédits photos : JY Lacôte)

 

C&AL

Le déménagement en vue (4) : bientôt le grand départ…

17 mai 2010

L’équipe du musée est enfin en plein déménagement. Les cartons s’accumulent dans les bureaux, la tension monte, le grand départ s’annonce. Ce déménagement concerne aussi bien les collections que le matériel, le mobilier de bureau et les personnes. La régie des collections s’apprête à transférer 968 objets et caisses d’objets issus de fouilles archéologiques qui se trouvent actuellement dans les réserves provisoires. Auxquels il faut ajouter 120 palettes supportant les collections en pierre et qui font l’objet d’un conditionnement spécial qui vous a déjà été présenté. Pour cela, le service de la régie sera aidé d’un déménageur spécialisé dans les transports d’oeuvres d’art.

Toute l’équipe du musée s’affaire donc sur ce déménagement. Vous constaterez peut-être une absence d’articles pendant quelques jours, le temps que les nouveaux bureaux du musée soit connectés à Internet. Vous serez ensuite très vite informés sur le déroulement de ce déménagement et surtout de l’emménagement dans le nouveau musée.

Déménagement en vue (3) : les objets en ordre de marche

10 mars 2010

Pour les objets qui seront présentés dans l’exposition permanente, 2009 a été une année mouvementée et 2010 le sera aussi !

Nouveau rangement, études, test en vitrine, photographie, reproduction, déménagement, soclage, installation en vitrine : ils sont ou seront sur tous les fronts. Pour éviter qu’ils ne soient trop abîmés par ces nombreuses manipulations, on leur a taillé des habits de mousse sur mesure.

Les objets un peu volumineux sont rangés directement sur les étagères. Il faut s’assurer qu’ils ne puissent pas basculer et tomber. On leur taille pour cela des socles qui garantissent leur stabilité mais qui ne les cachent pas, cela évite d’avoir à les déballer à chaque fois.

Les petits objets, eux, sont regroupés dans des boîtes, en fonction du parcours de l’exposition permanente. En gros : une vitrine, une boîte ! Les plus fragiles sont placés dans une mousse taillée à leur forme qui leur évite tout choc ou pression.

Certains objets ont été confiés aux mains plus expertes de restaurateurs. Ce fut le cas pour les collections lapidaires (objets en pierre)  mais aussi par exemple pour la girouette du château d’Orville, un objet très fragile qui a été conditionné directement par le restaurateur, Manuel Leroux, après son intervention.

 

Tous ces objets sont donc prêts pour un trajet vers le nouveau musée et les nouvelles réserves. 

C&AL

Les objets se font tirer le portrait

1 mars 2010

crédit J.-Y. Lacôte

Dans l’optique de publier un guide du musée qui sera illustré de photographies de la collection, un peu plus de 300 objets ont défilé sous l’objectif de Jean-Yves Lacôte, photographe qui couvre également le chantier de construction et les activités du musée (voir l’Archéa’scope, les articles et les galeries du blog).

Au total, il aura pris quelques 1000 clichés en un peu plus de deux semaines, dans le centre de documentation transformé pour l’occasion en studio photo. 1000 images qu’il ne reste plus qu’à retoucher…. Un énorme travail!

 Pour en voir le résultat, il faudra attendre la publication du guide, cet automne.

crédit J.-Y. Lacôte

C&AL

Déménagement en vue (2) : les collections lapidaires

3 février 2010

Une nouvelle  étape (voir ici la 1ère) vient d’être franchie dans l’organisation du déménagement d’ARCHÉA vers ses nouveaux locaux : la préparation des collections lapidaires. Quelles collections ? Tous les objets volumineux en pierre : blocs issus du château d’Orville ou du château de Roissy, châpiteaux d’une cave médiévale de Louvres, fragments de statue retrouvés dans les fouilles de Saint-Rieul, dalles funéraires venant de la rue de Paris toujours à Louvres, etc.

C’est Hélène Sant Germa et Fulbert Dubois, restaurateurs spécialisés notamment dans le traitement de la pierre, qui ont réalisé cette mission. Ils ont rapatrié depuis les ateliers municipaux de Louvres jusqu’à la réserve externe d’ARCHÉA tous les petits blocs qui s’y trouvaient, ils les ont nettoyés, rangés dans des caisses, calés avec de la mousse puis sanglés sur des palettes. Ils ont aussi nettoyé et sanglé les gros blocs sur des palettes, avant de les ranger dans les porte-palettes (rayonnages gris et orange sur la photographie).

En tout, c’est 200 caisses de petit lapidaire et une centaine de palettes de gros lapidaire qui attendent maintenant le déménageur!

Un traitement spécial a été réservé aux quelques statues des collections, comme l’orante exposée auparavant à la tour Saint-Rieul, qui a été bardée de bois et de mousse.

crédit photographies : F. Dubois et H. Sant Germa

C & AL

Saint-Rieul voit du pays

2 février 2010

Pour la réalisation d’une reproduction de trois sépultures de Saint-Rieul qui sera visible dans l’exposition permanente, une sélection d’objets issus de ces sépultures est partie à Villard-de-Lans ce vendredi, dans l’atelier de Lythos.

Après un périple en train jusqu’à Grenoble, les objets ont été pris en charge par Régis Picavet, qui les a montés jusqu’à son atelier. C’est là qu’ils seront moulés ou reproduits. Retour prévu à Louvres fin février.

C & AL

Déménagement en vue (1) : Le musée à Saint-Rieul, c’est fini

21 décembre 2009

En septembre dernier, pour les Journées Européennes du Patrimoine, la tour Saint-Rieul a été ouverte une dernière fois au public. Une nouvelle étape vient d’être franchie : les collections qui y étaient exposées ont été rapatriées dans les réserves actuelles du musée, pour être préparées en vue du déménagement dans les nouveaux locaux.

La tour Saint-Rieul a été le coeur du musée pendant 20 ans. C’est une page qui se tourne….

Mais c’est aussi le début d’un nouveau chapitre puisque la tour reste associée au projet Archéa. Donc…. A suivre!

L’équipe du musée profite de cet article pour vous souhaiter à tous des bonnes fêtes de fin d’année et une bonne année 2010. Rendez-vous l’an prochain !

C&AL

Arrivage de nouveaux objets

30 octobre 2009

fibulemonnaiecanifpartie de ceintureappliquemonnaieclefapplique

© Aurélie Pradeloux-Champart

 

De nouveaux objets sont revenus de restauration, un lot d’une centaine d’objets en alliage cuivreux, c’est-à-dire en bronze ou cuivre (cf. Mouvements migratoires des objets archéologiques), dont de nombreuses monnaies. Ils ont été traités par Aurélie Pradeloux-Champart.

Contrairement à d’autres objets qui ont dû être beaucoup dégagés, (cf. Révélations sous la corrosion), cet ensemble avait besoin d’un simple nettoyage, un dernier « bichonnage » avant d’être exposés en vitrine.

Avec ce lot, tous les objets en alliage cuivreux sont désormais revenus en réserve et prêts à passer à l’étape suivante : le soclage. La suite début 2010 !

C & AL